Dernière chance pour les animaux – Tauromachie

Tauromachie

Crédit photo: REQUINCrédit photo: REQUIN
La tauromachie est un spectacle traditionnel latino-américain dans lequel les taureaux élevés pour combattre sont torturés par des hommes armés à cheval, puis tués par un matador. Affamé, battu, isolé et drogué avant le “combat”, le taureau est tellement affaibli qu’il ne peut se défendre. Après avoir été poignardé, harponné et harponné, l’animal souffrant est tué.

Taureaux

Les taureaux sont généralement des animaux calmes et pacifiques qui ne se comportent violemment que lorsqu’ils se défendent ou défendent leur territoire. Pour cette raison, les taureaux doivent être élevés expressément pour la tauromachie. Ils sont élevés pour être lents, simples et prévisibles; en d’autres termes, faciles à abattre. Certains taureaux sont même élevés pour retourner au torero et à la torture qu’il inflige, ce qui donne l’impression erronée que l’animal mène un combat loyal.

Avant le “Combat”

Poids lourds Taureau blesséCrédit photo: SHARKare attaché au cou du taureau pendant des semaines avant le combat pour l’affaiblir. Les ouvriers frottent du pétrole dans ses yeux pour obscurcir sa vision et battent les reins du taureau à plusieurs reprises. Ils lui donnent des tranquillisants, des laxatifs et des médicaments qui induisent une paralysie ou un état hypnotisé. Ils nourrissent le taureau avec beaucoup de sel afin qu’il boive des quantités excessives d’eau, devienne gonflé et, par conséquent, lent. La grande majorité des taureaux sont obligés de subir l’afeitado, l’abattage ou le limage des cornes. Une partie des cornes du taureau est sciée pour qu’il ne puisse pas pousser correctement son adversaire. Pendant ce temps, le torero pratique ses techniques sur des génisses en insuffisance pondérale.
Pendant des heures avant la corrida, le taureau est maintenu dans une minuscule cellule d’isolement sombre. On ne lui donne ni nourriture ni eau. Confus et anxieux, le taureau manque la compagnie de son troupeau. Juste avant d’entrer dans les arènes, il est harponné, le faisant saigner, puis relâché dans la lumière vive de l’arène.

Les actes de la corrida

Acte 1
Chaque torero est assisté par un groupe d’hommes sur le ring ; un torero à cheval est nommé picador. Pendant le premier acte, les picadores endommagent les muscles du cou du taureau en le poignardant à plusieurs reprises avec une lance à pointes. Les cavaliers empalent leurs lances dans le dos et les épaules du taureau, déchirant les muscles et les tendons dont l’animal a besoin pour se défendre. Il souffre de graves pertes de sang.
Acte 2
Les picadores frappent le taureau avec des harpons barbelés, le paralysant davantage. Il subit des lésions tissulaires et parfois des saignements internes. Il peut être trop faible pour lever la tête ou marcher. Il peut essayer de ramper ou de s’effondrer. Ou il peut uriner et déféquer de manière incontrôlable. Les lances creusent dans le dos du taureau pour le reste du “combat.”
Acte 3 Les chevaux sont également utilisés dans les corridasCrédit photo: REQUIN
Le matador tente de poignarder le taureau en plein cœur avec son épée. Alors que théoriquement, le taureau devrait mourir instantanément, le tueur manque généralement. Il poignarde souvent le taureau par erreur dans les poumons, ce qui fait parfois vomir du sang de l’animal par le nez et la bouche. Après avoir poignardé le taureau (généralement encore et encore) avec la longue épée, ses tueurs essaient de trancher ses organes internes pour qu’il s’effondre s’il ne l’a pas déjà fait. En conséquence, le taureau peut être paralysé, mais toujours conscient. Les toreros coupaient fréquemment la moelle épinière du taureau avec un poignard pour rendre sa mort plus attrayante visuellement pour les spectateurs. Ses oreilles et sa queue sont alors coupées. Le taureau est traîné dans les arènes pendant que le public applaudit. S’il est encore en vie à ce stade, il est ensuite tué.

Cheval

Les chevaux utilisés dans la corrida sont également régulièrement drogués. Les travailleurs se fourrent généralement du papier journal mouillé dans les oreilles pour qu’ils ne puissent pas entendre, et ils ont parfois les yeux bandés pour les empêcher de s’enfuir. Leurs cordes vocales sont souvent coupées pour que la foule n’entende pas leurs cris. Les hommes à cheval lancent le taureau à plusieurs reprises, tandis que les chevaux portent le poids du “combat”; les matadors aiment la tauromachie à cheval car ils ont peu de chance d’être blessés. Bien que les chevaux soient parfois enveloppés dans un rembourrage, ils sont régulièrement blessés dans les arènes et environ 200 sont tués chaque année.
Crédit photo: SHARKCrédit photo: SHARK

Novillada: Corridas de bébés

Pendant la novillada, des bébés taureaux sont amenés dans une petite arène où les membres du public, y compris les enfants, les poignardent à mort. Les spectateurs coupent l’oreille et la queue du veau mourant. Les génisses émaciées sont également tuées de cette manière.

“Corridas sans effusion de sang”

Lors des ” corridas sans effusion de sang”, le taureau n’est pas assassiné sur le ring, bien qu’il soit fréquemment tué immédiatement après. De tels “combats” sont légaux dans de nombreux États américains.

Opinion publique

La majorité des citoyens d’Espagne et du Mexique s’opposent à la tauromachie. Leurs gouvernements n’interdiront pas le “sport”, cependant, en raison des revenus qu’il génère.

Vous Pouvez Aider:

Si vous prévoyez de visiter un pays qui autorise la tauromachie, refusez de séjourner dans une station avec une arène de tauromachie. Écrivez une lettre au propriétaire du complexe expliquant pourquoi vous n’y resterez pas.

  • Écrivez aux entreprises qui parrainent des corridas et expliquez votre désapprobation.
  • Si vous vivez dans une ville qui autorise les corridas ou les ” corridas sans effusion de sang”, organisez une manifestation.
  • Éduquer les autres sur les horreurs de la tauromachie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.