Êtes-Vous un Parent Anxieux? Voici 8 Stratégies éprouvées pour soulager l’inquiétude

Acceptez que vous ayez peur et apprenez les risques et les faits réels

Il est utile de commencer par reconnaître vos peurs et apprendre les risques et les faits réels.

Dans notre scénario d’intimidation en bus, réseautez avec d’autres parents et soyez ouvert sur vos peurs. Si vous entendez que l’intimidation n’a pas été un problème, considérez que cela pourrait être peu probable pour votre enfant.

Si vous craignez une fusillade dans une école, parlez à un administrateur de l’école des plans que l’école a mis en place pour un tel événement. Cela aidera à mettre votre esprit à l’aise plus qu’à envisager ce qui pourrait arriver.

Les faits peuvent combattre la peur.

Exposez—vous à vos peurs pour les vaincre

La recherche suggère que la “thérapie d’exposition” — qui consiste à expérimenter progressivement les choses dont vous avez peur pour pouvoir les gérer – peut être une technique de gestion de l’anxiété efficace ici.

Cela ne signifie pas que vous devriez jeter votre enfant sur une autoroute très fréquentée pour surmonter votre peur d’être heurté par une voiture. Mais pourriez-vous leur apprendre à rouler sur une piste cyclable près ou sur le côté de la rue (selon leur âge et leurs capacités), puis les superviser jusqu’à ce qu’ils soient prêts à partir en solo?

Obtenez de l’aide professionnelle

La thérapie peut être l’un des traitements les plus efficaces contre l’anxiété, encore plus que les médicaments dans certains cas.

Les chercheurs principaux d’une étude ont comparé plusieurs types de thérapie par la parole et ont constaté que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut avoir des effets durables longtemps après la fin du traitement, contrairement aux médicaments.

(Il est important de noter que les participants à l’étude dans le cas traitaient d’un trouble d’anxiété sociale.)

Bougez

Ce conseil est partout, et vous en avez peut-être même marre de l’entendre. L’exercice résout les problèmes. Mais le prenez-vous au sérieux?

Bougez-vous votre corps et surveillez-vous les effets que cela a à long terme sur votre anxiété parentale?

Selon l’Association américaine pour l’anxiété et la dépression, l’exercice régulier peut réduire le stress et améliorer la faible estime de soi et l’humeur. Et il suffit d’environ 5 minutes d’activité aérobie pour déclencher les effets anti-anxiété.

Parlez à d’autres parents

Compatissez avec les autres parents et vos peurs peuvent sembler plus justifiées et plus faciles à gérer. Soyez ce parent qui pousse au-delà des petites discussions dans de vrais sujets qui comptent.

Prenez des mesures concrètes pour prévenir les catastrophes

Il peut vraiment être utile de savoir que vous faites quelque chose. Une fois que vous reconnaissez ces craintes profondes que vous avez à l’égard de vos enfants, dressez une liste de choses qui pourraient réellement les empêcher.

Par exemple, si la piscine de votre voisin vous stresse parce que cela représente un risque pour la sécurité, quelles mesures pouvez-vous prendre?

Vous pourriez parler au voisin de l’escrime dans la piscine (ce qu’il aurait déjà dû faire dans la plupart des endroits de toute façon), ou de l’achat d’une serrure pour leur porte.

Vous voudrez peut-être investir dans des cours de natation afin de savoir que votre enfant sera plus en sécurité s’il se retrouve dans l’eau.

Confiez-vous à votre partenaire, en privé

Nous avons établi que les enfants peuvent devenir anxieux lorsque vous êtes anxieux. Parlez ouvertement de vos peurs à votre partenaire — ou à un ami de confiance.

Assurez-vous simplement que c’est hors de portée des enfants. Même si vous pensez qu’ils n’écoutent pas de la pièce voisine, ils le sont.

N’oubliez pas de respirer

La parentalité est difficile. Dans les situations anxiogènes, essayez de vous arrêter et comptez jusqu’à 10.

Après une respiration profonde, dites quelque chose de positif à votre enfant, en commençant à remplacer vos pensées anxieuses par des méditations calmes qui l’aideront à gagner en force et en positivité dans leur propre vie.

La respiration profonde et la méditation ont longtemps été utilisées pour faciliter notre réaction de fuite ou de combat dans des situations difficiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.